Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Rabat

Rabat

Rabat


Il y a huit siècles et demi que Rabat domine l’oued Bou Regreg et l’océan Atlantique. Plus de huit cents ans d’histoire y ont laissé quelques très belles réalisations, les unes réputées, les autres un peu plus oubliées des touristes. La médina est bien sûr incontournable, non pas que les souks soient les plus beaux ou les plus intéressants, mais parce que c’est là que bat le coeur de la ville. Les souks et l’un ou l’autre marabout ponctuent sa visite. En sortant de la médina par le boulevard Mohammed V, on rejoint la ville moderne qui vaut surtout par la visite de la nécropole de Chellah. A ne pas manquer lors d’un séjour à Rabat: la casbah des Oudaias. Derrière la porte Bab Oudaia, se cachent des petites maisons blanche et bleue qui rappellent immanquablement les Cyclades. Véritable bijou de cette casbah, le musée des Oudaias est installé dans un ancien palais de Moulay Ismaël. De l’autre côté de l’oued se trouve la ville de Salé où l’on conseille de se rendre au centre d’artisanat.

Un peu d’histoire

Les recherches et fouilles archéologiques effectuées à Rabat et sa région, montrent que le site a attiré depuis la lointaine antiquité des peuples divers, notamment les Phéniciens et les Carthaginois qui y installèrent leurs comptoirs de commerce. Les Romains qui leur ont succédé fondèrent un port à Salé, ville limitrophe. Mais ce sont les Almohades, et en particulier leur chef Abdelmoumen, qui fondèrent Rabat vers 1150, et en firent un  » Ribat « , forteresse appelée « Ribat Al Fath », « Camp de la victoire », qui servait d’arrière base pour la conquête de l’Espagne. Rabat connut toutefois une ère de déclin à partir de 1253, à l’avènement de la dynastie des Almoravides, ayant élu Fès comme capitale de leur empire. Vers 1610, avec l’afflux des réfugiés chassés d’Espagne après la « Reconquista » chrétienne, Rabat fût lentement sortie de sa léthargie par de nombreux commerçants et artisans andalous qui s’y établirent ainsi qu’à la ville jumelle Salé et y développèrent un commerce florissant. Malgré des dissensions épisodiques entre les habitants de ces deux villes, en raison notamment des activités des corsaires basés à Salé et des représailles des puissances européennes, Rabat et Salé réussirent, sous le règne de la dynastie Alaouite, à s’organiser et à se développer.

La Kasbah des Oudayas
Impressionnante forteresse datant du 12ème siècle, englobant des jardins de style andalou, un musée des arts marocains et des habitations. Elle domine l’embouchure du fleuve Bouregreg, séparant Rabat et Salé. Au musée, il est possible de voir costumes anciens, poterie ainsi que divers instruments représentant différentes régions du pays. A ne pas manquer de prendre un thé à la menthe sur la très belle terrasse du café maure, et laisser bercer son regard au rythme des barques accostées aux rives du Bouregreg, tout en rêvant à la vie des corsaires d’autrefois.

La Kasbah des Oudayas

La Kasbah des Oudayas


La tour Hassan
Se détachant du ciel, et dominant la ville, la tour Hassan s’élève au dessus des ruines de la mosquée (édifiée par le sultan Almohade Yacoub El Mansour) dont elle était le minaret. Ce sanctuaire, probablement le plus vaste de son époque, semble avoir été destiné aux fidèles d’une vaste métropole. Détruit au moment du tremblement de terre de Lisbonne, il n’en demeure de nos jours que d’imposants vestiges dominés par un minaret tronqué, réplique de la Giralda de Séville, et la Koutoubia de Marrakech.
La Tour Hassan

La Tour Hassan


Le mausolée Mohamed V
Ce monument se dresse dans le cadre grandiose de la mosquée Hassan et immortalise la mémoire de feu S.M Mohammed V, décédé en 1961. Résultat, admirable d’équilibre et de raffinement, d’un travail laborieux entrepris par plus de 400 artisans des plus habiles du royaume.
Mausolee Mohammed V

Mausolee Mohammed V


La nécropole de Chellah
Cette nécropole fortifiée du XIVème siècle se trouve à deux kilomètres du centre ville, à l’emplacement de l’antique cité romaine Sala Colonia. Une végétation luxuriante a pris possession du site. On peut aussi admirer les cigognes qui ont élu domicile au sommet des vieux minarets. Certains prétendent que ce lieu est le plus romantique du Maroc.
La necropole de Chellah

La necropole de Chellah


Le palais royal
Edifié en 1864, le palais royal ne peut être admiré que de l’extérieur. Il comprend divers bâtiments dont le Cabinet Royal, les bureaux du Premier Ministre, la Cour Suprême, le Collège impérial, la Caserne royale et la mosquée Al Faeh où se rend le roi avec sa cour, afin de diriger la prière du vendredi.
Rabat Palais Royal

Rabat Palais Royal


Le musée archéologique
le musée archéologique de Rabat se situe dans la nouvelle médina, à quelques 2 Km au Sud – Est de l’ancienne médina, dans la commune de Rabat- Hassan.
Crée dans les années 30, ce musée est l’un des plus intéressant de Rabat. il abrite les trouvailles archéologiques mises au jour dans les différents sites fouillés à l’époque notamment ceux de Volubilis, Lixus, Thamusida.
Sa vocation est de présenter, à travers les vestiges qu’il abrite, l’histoire du Maroc depuis la préhistoire jusqu’à l’époque islamique : des outils des hommes préhistoriques au mobilier néolithique, des inscriptions libyco-berbéres au fameuse collection des divinités romaines, de la statuaire en bronze et en marbre à la céramique de l’époque islamique.
l’espace d’exposition, lui, est constitué d’un hall servant aux expositions temporaires, de la salle principale où sont exposés dans des vitrines murales, les objets préhistoriques, en plus des deux statues des bustes de marbre, d’un étage servant aux vestiges islamiques d’une part et antiques d’autre part, de la salle ovale qui contient les pièces maîtresses du musée: la statuaire en bronze, et enfin de patio et de jardin où sont exposés les collections lapidaires.
Musee archeologique

Musee archeologique


Les fleurs et les jardins
Rabat fera le bonheur des amoureux des fleurs et des jardins. Les larges avenues plantées de palmiers qui traversent la ville moderne, les petits jardins qui entourent les villas des quartiers résidentiels, le jardin de style andalou de la casbah des Oudaïas, la flore luxuriante de la nécropole de Chellah, enfin les magnifiques jardins exotiques de Sidi Bouknadel (à 12 km au nord de Rabat) contribuent à faire de Rabat la ville des fleurs.
Avenue Mohammed V

Avenue Mohammed V


La Cathédrale Saint Pierre
La Cathédrale Saint Pierre a été inaugurée en 1921 par le résident général Lyautey. Elle ne possédait pas à son origine les deux flèches que l’on voit de loin dans Rabat, et qui ont été érigées quelques années plus tard en 1930.
Si l’on excepte la chapelle Saint François d’Assise, qui n’est pas ouverte au public la cathédrale est le seul édifice religieux catholique de Rabat.
La cathédrale Saint Pierre jouxte la Wilaya de Rabat et sa nouvelle façade. Avec l’arrivée du tramway, la place a retrouvé une nouvelle jeunesse et son allure d’antan.
Cathedrale Saint-Pierre

Cathedrale Saint-Pierre


Royal Golf Dar Es-Salam
A 15 minutes du centre de Rabat, le Royal Golf Dar Es-Salam s’étend sur 440 hectares autour d’arbres magnifiques et de plans d’eau. Ici, l’architecte Robert Trent Jones a laissé libre cours à son génie, façonnant d’éblouissants fairways parmi les cyprès, palmiers, eucalyptus et chênes-lièges.
Trois parcours s’offrent aux joueurs : le parcours Rouge, tout d’abord, un par 73 de 6702 mètres, invite les golfeurs de bon niveau à se surpasser. Ici, les arbres, le sable et l’eau ne pardonnent pas, et il est indispensable de bien placer son drive. Le trou n°9 et ses 172 mètres à jouer au-dessus des nénuphars est entré dans la légende.
Quant au parcours Bleu, un 18 trous par 72, il se montre plus ludique et plus accessible que le parcours rouge mais réserve cependant bien des surprises aux moins vigilants. Buissons de marguerites, massifs de fleurs des champs forment entre autres le cadre bucolique de ce parcours. Le trou 11, sublime par 4, recèle un green blotti entre des eucalyptus, un bunker de sable rouge et un étang survolé par des poules d’eau.
Enfin, le parcours Vert est un 9 trous plus clément et moins contraignant, formé uniquement de par 3 et 4 aux solutions divertissantes.
Royal Golf Dar-Es-Salam

Royal Golf Dar-Es-Salam


Les jardins exotiques
Situés à 20 kilomètres de rabat, et 10 kilomètres de salé, il est sur le route nationale de Kénitra.
Créés en 1952 par l´ingénieur français horticole Marcel François sur une superficie de 4 hectares et demi, il a voulu mettre le résultat de ses découvertes de plantes exotiques du monde entier, une rêve qui devenu réalité pour cet ingénieur amoureux du Maroc depuis la jeunesse.
Après la mort de Marcel les jardins ont enduré 20 ans d’abandon, avant que sa famille ne décide de reconstruire son œuvre et la réaménager.
Il abrite plusieurs plantes exotiques importées depuis plusieurs pays, vous trouverez plusieurs types de lieux catégorisés comme la Polynésie, le Congo, le Mexique, l´Asie Méridionale, le Pérou, le Brésil, l’Antilles, la Savane arbustive, la ravine verte.
Les jardins exotiques

Les jardins exotiques

Photographies de Rabat