Killers of the Flower Moon

“Killers of the Flower Moon” est le nouveau film de Martin Scorsese, adapté du livre éponyme de David Grann, qui raconte les meurtres mystérieux des Indiens Osage dans les années 1920, après la découverte de pétrole sur leurs terres.

“Killers of the Flower Moon” est le nouveau film de Martin Scorsese, adapté du livre éponyme de David Grann, qui raconte les meurtres mystérieux des Indiens Osage dans les années 1920, après la découverte de pétrole sur leurs terres. Le film réunit pour la sixième fois Leonardo DiCaprio et pour la dixième fois Robert De Niro sous la direction du maître du cinéma américain. Mais malgré ce casting de rêve, le film peine à convaincre et à captiver.

Le film souffre d’un scénario trop long (plus de trois heures) et trop complexe, qui multiplie les personnages et les intrigues sans parvenir à créer une véritable tension dramatique. Le film se perd dans les détails historiques et juridiques, au détriment de l’émotion et de l’action. Le film manque aussi de rythme et de souffle, avec des scènes trop statiques et trop bavardes, qui ne rendent pas justice à la beauté des paysages de l’Oklahoma.

Les acteurs sont également en dessous de leurs capacités. Leonardo DiCaprio incarne Ernest Burkhart, un Blanc marié à une Indienne Osage, Molly (Lily Gladstone), qui se retrouve impliqué dans les meurtres orchestrés par son oncle William Hale (Robert De Niro), un éleveur sans scrupules. DiCaprio semble peu à l’aise dans ce rôle ambigu et peu charismatique, qui ne lui permet pas d’exprimer son talent. Robert De Niro, quant à lui, joue les méchants sans nuance ni subtilité, avec une performance trop caricaturale et trop prévisible. Lily Gladstone, qui interprète Molly, la victime principale du complot, est la seule à tirer son épingle du jeu, avec une interprétation sobre et touchante.

Le film n’est pas non plus à la hauteur des attentes sur le plan esthétique. La photographie de Rodrigo Prieto est terne et fade, sans profondeur ni contraste. Le montage de Thelma Schoonmaker est laborieux et confus, sans fluidité ni dynamisme. La musique de Robbie Robertson est discrète et anecdotique, sans personnalité ni originalité.

“Killers of the Flower Moon” est donc une déception pour les fans de Martin Scorsese, qui attendaient beaucoup de ce projet ambitieux et prestigieux. Le film ne parvient pas à rendre hommage à l’histoire tragique des Indiens Osage, ni à faire vibrer le spectateur avec un thriller haletant. Le film est loin d’être le chef-d’œuvre annoncé, et se révèle être un film mineur dans la filmographie du réalisateur.

15 octobre 2023 22h50

195 vues totales, 1 aujourd'hui