Le sort des Amérindiens reste “une plaie à soigner” pour l’Amérique

Pour le réalisateur Martin Scorsese, le sort des Amérindiens reste “une plaie à soigner” pour l’Amérique. C’est ce qu’il a déclaré à l’AFP en mai à Cannes, où il présentait son nouveau film “Killers of the Flower Moon”.

Pour le réalisateur Martin Scorsese, le sort des Amérindiens reste “une plaie à soigner” pour l’Amérique. C’est ce qu’il a déclaré à l’AFP en mai à Cannes, où il présentait son nouveau film “Killers of the Flower Moon”. Ce film, qui sort cette semaine dans les salles françaises, raconte comment des hommes blancs ont spolié et assassiné les membres d’un peuple amérindien, les Osage, sur les terres duquel du pétrole a été découvert dans les années 1920.

Scorsese, qui a toujours été fasciné par les westerns, a voulu montrer une autre facette de l’histoire américaine, celle des violences et des injustices subies par les premiers habitants du continent. Il espère ainsi contribuer à une meilleure connaissance du passé et à une prise de conscience du présent. Il affirme que les questions soulevées par son film sont toujours d’actualité et que la démocratie américaine est fragile et fracturée.

Le cinéaste, qui vient d’une famille d’immigrants italiens, reconnaît que le cinéma a été pour lui une source d’ouverture au monde et de découverte de la culture. Il dit avoir appris beaucoup de choses grâce aux films, à la musique et aux livres. Il se dit aussi impressionné par la richesse et la diversité des cultures amérindiennes, qu’il a essayé de respecter dans son film.

“Killers of the Flower Moon” est un film qui mêle le genre du western à celui du thriller policier. Il met en scène des acteurs célèbres comme Leonardo DiCaprio, Robert De Niro ou Jesse Plemons. Il est adapté d’un livre du journaliste David Grann, qui a enquêté sur les crimes commis contre les Osage. Il est considéré comme l’un des films les plus ambitieux et les plus politiques de Scorsese.

17 octobre 2023 18h25

186 vues totales, 1 aujourd'hui